Marie - "l'atelier des pages"


Daniel Mar fait sortir d'une feuille blanche, vierge de tout signe, toute trace ou relief, une véritable scène où se joue un fragment de vie,

un moment qui nous parle et qui nous invite à pénétrer l'espace de chaque tableau pour baigner dans un monde aux multiples teintes, celles de notre imaginaire…

Espace, car il s'agit bien de tableaux en trois dimensions, les volumes étant donnés par les plis et découpes de la feuille.

Mais le travail de Daniel Mar ne s’arrête pas là, il se prolonge dans la poésie. Bien sûr, il y a celle inhérente à l’histoire que nous conte chaque tableau de papier.

Mais si la poésie est au cœur de chaque scène, elle est également présente dans les textes -les "rinkatas"- que l’artiste nous offre en accompagnement,

en prolongement de ses œuvres pour les teinter d'une saveur tantôt emprunte de bonheur, de rire, d'humour, tantôt de mélancolie, mais aussi d'espoir…

Autant d’émotions que Daniel Mar sait faire naître dans l’âme de celui qui regarde.

Et c’est pour les petits comme pour les grands. La poésie et la beauté des choses n’ont pas d’âge…

Monsieur Mar, un grand merci pour ce que vous nous offrez à voir, à lire, à réfléchir et à rêver !

Et puis une question : à quand la publication de vos "rinkatas" ?… nous en voulons…




Pascal


Bonjour,


Votre univers est merveilleux, magique, il permet de s'évader dans une douce poésie, si rare de nos jours...

Votre travail me fait penser à cette citation : « n'allez pas où le chemin peut mener, allez là où il n y a pas de chemin et laissez-y une trace… »

Vous êtes de ceux qui laissent une « trace » dans l'imaginaire des autres, et leur procurez un moment de bonheur avec vos créations…




Mathilde


Bonjour Monsieur,


Je tiens à vous écrire pour vous féliciter de votre travail, qui est vraiment magnifique.


Étudiante en 3e année d'Arts-Plastiques à Saint-Étienne, j'ai un travail à rendre, intitulé « Exposer le papier » et je suis tombée sur votre site en cherchant des modèles d'origamis ! Bonne continuation et encore bravo !




Demba Makalou


Bonjour en surfant sur internet, je suis tombé sur vos créations et je n'ai pu m'empêcher, par honnêteté, de vous écrire.

Ce que vous faites est sublime. Je cherche un qualificatif plus fort mais je ne le retrouve pas.

Je suis tombé sous le charme de votre imagination et de votre créativité. Merci pour ces beautés qui rendent heureux rien qu'au regard.




Traduit d’un site Allemand


Daniel Mar – le dialogue de la feuille blanche


C'est en toute simplicité et avec l'hospitalité typique de sa région, le Poitou, que Daniel Mar ouvre les portes de son atelier. En fait, il est photographe. Plusieurs prix lui ont été décernés à ce titre et de nombreuses publications portent son nom. Mais le papier, qui, pendant de longues années, n'a été pour lui que support et instrument de travail, a trouvé désormais chez lui une nouvelle destinée. À la recherche d'un contrepoint au "technicisme" envahissant son métier, il redécouvre l'originel, le sens, la variété et le potentiel du matériau qu'est le papier, et lui crée un monde propre.


Ce qui voit ainsi le jour, fruit d'un amour du détail et d'un goût de la minutie dont il dit qu'ils sont sans doute innés, sont des œuvres d'art hors du commun.


Au commencement n'est pas le Verbe, mais la page blanche. "Papier, s'il vous plaît" ; tel intitule-t-il son site Internet et son projet. Ce faisant, le besoin profond de vide, de silence, de virginité est le principe fondamental de tout tableau et l'essence même de sa démarche artistique.


Et commence le tête-à-tête.

De nombreux chemins mènent au but : le découpage au scalpel, le collage, le pliage... Des techniques du monde entier s'associent pour devenir siennes.

Bientôt, la surface dialogue avec la profondeur, et de l'antagonisme entre l'étendue blanche de la feuille et la tangibilité des éléments qui s'en détachent naît la vie. Ce sont des instantanés magiques, volés à la fragilité de l'instant, un art du moment éphémère – en clin d'œil, ironique, parfois critique, mais aussi et surtout d'un charme touchant, rêveur, poétique, inoubliable.

Le dialogue qui avait débuté entre Daniel Mar et la feuille vide et semblait être parvenu à son apogée dans le dualisme de la surface et du volume se poursuit encore après l'achèvement de l'œuvre : « Rinkata », le message écrit à la main, presque calligraphié, adressé à l'acheteur ou à la personne qui recevra le tableau, scellé et appliqué au dos de chaque boîte, crée un lien, une complicité et une intimité uniques et authentiques entre l'artiste et le collectionneur.


Aucun de ces échanges n’a jusqu’ici été engagé jusqu’à sa conclusion. Bien que durant les expositions le « Rinkata » suscite une curiosité légitime et amène des discussions individuelles avec les gens intéressées, ils demeurent généralement non ouverts - Peur ou honte de profaner l'œuvre d'art ?... Jamais, jusqu’à présent, un acheteur a repris la plume pour répondre personnellement au message. Il faut sans doute voir dans ce fait une forme de respect envers l’artiste. Mais il reste à voir si un jour ou l’autre, quelqu'un partagera avec lui ce voyage émotionnel jusqu’au bout.

Le site Internet de l'artiste ouvre une perspective fascinante sur son travail et informe sur les expositions passées et à venir.




Oygen_007 (Russie)


Лучшего способа открыть свою фантазию , я не видел .

« Je n’ai jamais vu pareil moyen d’ouvrir l’imagination ! »




Élodie


Génial, délicieux, gracieux… Un vrai sourire !!!

J'aime +++++! ! ! ! !




Crookedbrains (site américain)


We have seen the paper work created by Callesen, and now we present to you the work of the French artist 'DM', whose creations we are sure will impress you. 'DM' has been a photographer and a visual illustrator director for over 25 years now and wanted to create something simple yet not related to technology. During his search, he found the perfect material to use as his medium to express his ideas - 'white paper'. It's clean and easily manageable but you need to know how to convey your creativity and feelings using it. The choice seems to be simple and natural as he has been using the paper for printing his photographs in books, calendars and posters. Apart from this there was a special reason for him to choose paper; since his childhood he handled paper with comfort and ease and at the age of 57 he had another opportunity to relive those memories of his childhood.

As a true professional, for the past 14 months; he cuts, folds and glues the white paper to build the fragile creation of art. His works are in the form of little scene graphs allowing an immediate understanding. He draws his inspiration from things in life, trying to symbolize them up in his visual discourse.

Between the initial idea and its final achievement, it may take several weeks. He finds his graphics (often from photos) and then simplifies it to be adapted for cutting, folding and sculpting. These creations sometimes take up to 70 hours and he uses Canson paper (mainly Montval 185 gr) for his creations. Here is rest of his artwork




Émilie


“ Je me permets de vous écrire car je vous ai croisé il y a quelques jours à la SMIP, et je vous avoue que je suis tombée en admiration devant votre talent.

En fait je voulais juste vous remercier de faire ce que vous faites... De m'avoir permis de découvrir cet art...”.

 

 



Mélanie


“ Je trouve que vos œuvres parlent énormément et je peux rester à les regarder très longtemps. Continuez dans cette direction car je vous trouve vraiment fascinant...”





Thierry Bigot

Professeur d’arts appliqués au lycée professionnel Thomas Jean-Main à Niort


“ En un « coup de vent » les feuilles de papier s’envolent et nous emportent dans l’univers poétique de Daniel Mar. Ses œuvres se présentent sous forme de petites mises en scène sobres et efficaces dignes du meilleur de la communication graphique : lisibilité du message, compréhension, immédiateté par l’emploi d’un minimum de moyens pour un maximum d’expression. Le rapport du plein et du vide interagit d’autant plus efficacement que les découpages sortent du cadre de la feuille et viennent se poser dans la boite peinte d’une couleur unie. La découpe devient silhouette colorée et ombre à la fois, se dédouble en ombre blanche gracile ou se transforme et se métamorphose. Toutes ces petites scénettes racontent une histoire, grave ou humoristique. La finesse du propos ne manque jamais de poésie et de perspicacité, le papier découpé raconte les choses de la vie “.





Gilbert


“ Bravo à l'artiste qui met le papier dans tous ses états. Avec sa matière grise il travaille la matière blanche et ça donne matière à réfléchir !

Félicitations fraternelles ”.


 

Daniel MAR. 3, rue Ferdinand Buisson. 79000 Niort. Tél. +33 5 49 28 32 85

Création : fnd & fnd.com